Histoire

140504 JMB Blason V01ab
Préhistoire et Antiquité

Le site de la commune fut occupé durant la période acheuléenne comme en témoignent les bifaces trouvés sur le site des Sablons (- 100 000 ans). Au VIe siècle avant notre ère, ses habitants commercèrent avec les phocéens de Massalia ainsi qu’en témoignent poteries et céramiques découvertes sur les stations de la Grange-Neuve et de Brissac.

La colonisation romaine a laissé une forte empreinte : autel à Mercure, numéraire d’Auguste et de Trajan, tombes à incinération avec mobilier, vases lacrymatoires et céramiques sigillées.

Moyen Âge

Les plus anciens seigneurs sont les Isnard et Latil, dit de Mormoiron. En 1204, le village est nommé de Mormorone. Sept décennies plus tard, en 1274, le Comtat Venaissin, ayant été attribué à Rome, le pape Grégoire X demanda aux Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem de protéger ses nouveaux états et nomma, le 27 avril, Guillaume de Villaret, qui était grand prieur de Saint-Gilles en Languedoc, recteur du Comtat. Immédiatement, l’hospitalier se rendit sur place et fit contrôler par ses gens d’armes toutes les places du Venaissin en installant deux chevaliers dans chaque castrum. C’est de cette période que date la « Tour du Bœuf », près de Notre-Dame des Anges.

Sous la papauté d’Avignon, ce fief devint celui de la Révérende Chambre Apostolique – le ministère des finances pontificales – et Clément VII en fit le chef-lieu d’une viguerie. L’installation du viguier, de son greffier et de son trésorier eut lieu les 12 et 16 avril 1379.

Renaissance

Durant les guerres de religions, en 1563, la commune fut investie par les protestants. Les catholiques la reprirent cette même année. Pour récompenser un des capitaines pontificaux, Durand de Pontevès, dont le zèle lui avait valu le surnom de « Cavalier de la Foi », le pape Pie IV, lui inféoda la commune en 1569. En dépit des protestations du Conseil de Ville, il ne céda pas et ce fut un de ses successeurs, Grégoire XIII, qui révoqua l’inféodation moyennant 4 000 écus d’or à verser au sieur de Pontevès. Dans cette période d’intense bouillonnement religieux, en 1618, l’Inquisition intenta un procès au dominicain Barthélemy de Crose pour sorcellerie. Puis une épidémie de peste vint ravager le pays en 1630. Ce fut alors que de 1635 à 1752, le chapelle Notre-Dame des Anges accueillit treize ermites.

Ce fut lors de cette période troublée que furent reconstruits des remparts. Il en reste la « Porte du Brochier », datée du XVIe siècle et la « Porte de la Bonne Font » qui fut ouverte au XVIIe siècle.

Période moderne

Sous l’Ancien Régime, la commune ne formait qu’un seul territoire avec Flassan. Ce ne fut qu’en 1790, qu’eut lieu leur séparation.

Période contemporaine

C’est en 1929, qu’eut lieu la création de la coopérative vinicole dite « Cave Les Roches Blanches ». Elle a été édifiée sur les plans de l’architecte G. Salomon.
La constitution de la « Communauté de Communes Ventoux Sud » date du 1er janvier 2013.

[source : Wikipedia]